Au sud-ouest du kremlin

AU SUD-OUEST DU KREMLIN

Nous sommes aujourd’hui (le 30/01) au sud-ouest de la ville, de part et d’autre du 4ème cercle (ou 3-ème périphérique). De la station Vorobiovy Gory nous rejoignons (ça grimpe!) sur le Mont-des-Moineaux la plateforme d’observation (croix noire) qui offre une belle vue panoramique sur la capitale. C’est d’ici précisément que le 14 septembre 1812 vers 14h Napoléon découvrit la ville qu’il occupera à peine plus de 5 semaines; la vue qui s’offrait à lui était naturellement quelque peu différente.

 

LE MONT-DES-MOINEAUX

Numériser 479.jpeg

 

Nous sommes donc à l’emplacement de la croix noire. Les photos sont prises de la gauche vers la droite, avec, au premier plan (point rouge) la Trinité-du-Mont-des-Moineaux, au loin (pris au zoom, cercle vert sur le plan) le nouveau quartier d’affaires, puis le stade olympique Loujniki (l’ovale rouge dans la boucle de la Moskova) avec, à l’arrière-plan, dans l’axe, la cathédrale du Christ-Sauveur, la dernière photo montrant le pont à double tablier auto/métro. Le carré rouge indique l’emplacement du monastère Novodiévitchi.

Derrière nous, le plus imposant des 7 « gratte-ciel » de Moscou (carré bleu), construit de 1949 à 1953 et dont la flèche culmine à 303 m. Il abrite la prestigieuse Université d’État Lomonosov et ses 40 000 étudiants, et parmi eux, votre serviteur (année universitaire 69/70, chambre Б 516). Je serais bien allé la revoir, mais sans пропуск, on n’entre pas… Tout dans ce bâtiment est colossal, démesuré (5 000 pièces, 33 km de couloirs), c’est en fait une véritable ville dont on pourrait ne pas sortir pendant des mois.

 

LE MONASTÈRE NOVODIÉVITCHI

Direction à présent le monastère Novodiévitchi (en métro car les distances à parcourir à pied à Moscou sont toujours très grandes), sans aucun doute le plus beau de la capitale. Il a été fondé au XVI-ème s. et se présente sous l’aspect d’une forteresse jouxtant un étang, le « Grand étang ». De nombreuses femmes de boyards ou de nobles y furent reléguées et contraintes de prendre le voile, parmi les plus célèbres: Sophie, la demi-soeur de Pierre le Grand et sa 1ère femme, S. Lopoukhina. Le monastère échappa de peu à la destruction en 1812, fut fermé en 1922, puis réouvert en 1945.

L’entrée se fait par l’église-porche (1688, 72 m de haut, style baroque Narychkine) couronnée de 5 petites coupoles dorées, à l’arrière, le long du cimetière, une autre église-porche en moins bon état, sur la droite, l’église de la Dormition (une seule coupole), au centre du monastère, la cathédrale Notre-Dame-de-Smolensk (1550) et pour terminer, le long du rempart, le « palais » de S. Lopoukhina.

 

 

LE CIMETIÈRE DE NOVODIÉVITCHI

Il jouxte le monastère (photo 1), c’est l’équivalent de notre Père-Lachaise, mais en plus récent. La plupart des pensionnaires ont été inhumés dans la période soviétique, en voici quelques uns, dans l’ordre: N. Khrouchtchov, I. Nikitine, E. Primakov (ancien 1er ministre), Mstislav Rostropovitch et Galina Vichnevskaïa, le célèbre clown I. Nikouline, le réalisateur Э. Riazanov, I. Levitan, la « voix » de l’Union soviétique, la ballerine G. Oulanova et la chanteuse L. Zykina, le cosmonaute Titov, V. Popkov, Héros de l’Union soviétique, un célèbre mathématicien et le constructeur d’avions Tupolev.

 

LE MONASTÈRE DONSKOÏ

Trois bons quarts d’heure plus tard et après avoir franchi la Moskova, nous voilà au monastère Donskoï (carré violet sur le plan), près de la barrière de Serpoukhov. Il fut fondé en 1592 par Fiodor 1er, le fils d’Ivan IV, à l’endroit précis où l’année précédente son beau-père, Boris Godounov avait remporté une victoire sur les Tatares. Belle muraille de briques rouges, ponctuées de tours-clochers et, à l’entrée, un porche d’entrée décoré de fresques naïves. Intéressante Grande cathédrale du XVII-ème s., entourée d’une galerie et couronnée de 4 tours lanternes qui annoncent le style Narychkine.